Du Vanuatu au Détroit de Torres

Le destin n’a pas voulu que nous atteignions l’île Thursday, appelée localement TI, n’importe quel jour, et après dix jours et demi de mer, nous jetons l’ancre dans le détroit de Torres peu après minuit un jeudi, suivant les traces de James Cook nomma les îles environnantes d’après les jours où il y a débarqué. Techniquement, nous sommes au large de l’île Horn, juste en face de TI, nichés entre un banc de sable et la mangrove, pour nous abriter des forts vents de sud-est. Notre plus longue traversée jusqu’à présent (sans escale) s’est déroulée sans drame, malgré une vague scélérate qui s’est invitée dans notre cockpit et notre salon le premier jour peu de temps après avoir quitté le Vanuatu sans vent, plusieurs grains rencontrés par la suite avec des éclairs observés de loin presque toutes les nuits, et une paire de vomis pour moi. C’est officiel, nous avons laissé derrière nous l’océan Pacifique et sommes maintenant au pays des crocodiles, entre la mer de Corail et la mer d’Arafura.

Statistiques

DépartWunpuko, Santo (S 14º41.896′ E 166º33.884′)
ArrivéeThursday Island, Australie (S 10º35.99′ E 142º13.201′)
Distance1515 miles nautiques
Jours en mer11
Vitesse6 nœuds de moyenne, avec vitesse maximale de14 noeuds
Moteur12 heures (4 le premier jour pour s’éloigner de Santo, et 8 le 8ème jour)
Vent4-44 nœuds (au portant), au-delà de 20 nœuds la plupart du temps
Baignade1 (le 8ème jour)
Poissons1 (le dernier jour)

Percée de la Grande Barrière de Corail par Yule entrance

Restés lontemps loin des côtes de la Papouasie en progressant vers l’ouest un maximum pour contourner une accalmie, au moment d’approcher de la péninsule de Yorke, petite corne au Nord Est de l’Australie, nous étions encore assez au sud et la route par l’entrée de Bligh (par Jimmy Cornell) représentait un détour assez long pour traverser la Grande Barrière de Corail. Nous avons donc cherché une alternative et découvert que nous pouvions économiser 60 milles, soit près d’une demi-journée de navigation, si nous traversions la Grande Barrière de Corail par l’entrée de Yule, qui semblait être, à en croire l’échelle de notre carte C-map, une passe de 200 mètres de large.

Le seul problème était qu’elle n’était pas mentionnée par Jimmy Cornell dans son World Cruising Routes, notre référence pour planifier nos passages. Avec les enfants qui nous poussaient à prendre le “raccourci”, nous nous sommes renseignés auprès de nos amis marins pour trouver plus d’informations, et bien qu’ils n’aient pas trouvé grand chose, ils ont confirmé qu’avec de bonnes conditions, cela devrait être faisable. Certains (je ne soupçonnais pas ce goût du risque chez mon amie Claire) ajoutant qu’il serait même aventureux de s’écarter des sentiers battus, et certains (merci Marion), nous donnant toutes les informations sur les courants compensateurs opérant dans cette zone soumise aux marées semi-diurnes. Un jour je comprendrai comment tout cela fonctionne, pour l’instant ça me passe au-dessus de la tête.

J’ai vérifié que nous pourrions atteindre l’entrée de jour, à l’étale, la marée haute coïncidant opportunément avec le lever du jour, et que nous aurions suffisamment de lumière pour éviter les récifs et les bancs de sable qui se trouvaient plus loin sur la route avant de rejoindre le Great Channel (canal de navigation principal). Ainsi, ayant tout “sous contrôle”, nous avons opté pour le “raccourci”, non sans une certaine appréhension.

La nuit précédente, le vent s’est renforcé et malgré nos trois ris dans la grande voile et un génois enroulé, nous progressions trop vite (6-7 nœuds),m ce qui nous faisait arriver de nuit à la passe. Alors, lors de son dernier quart, avec seulement 12 milles à parcourir, Thomas a amené la grand-voile et a troqué le génois contre la trinquette. Toujours trop rapide (4-5 nœuds). A 6 heures du matin, à 2 milles de la passe, nous nous sommes mis à la cape en fausse panne, laissant Obélix dériver lentement pour attendre le lever du soleil.

Yule entrance

Bien qu’impressionnant, avec des vagues s’écrasant de part et d’autre, la passe était très bien cartographiée et nous l’avons franchi facilement, retrouvant de l’autre côté la tranquillité d’un lac bleu vert. Quel plaisir de prendre son petit déjeuner sans avoir à faire attention à sa tasse de thé !

Clearance on Thursday Island

Ainsi, le jeudi, après une bonne nuit de sommeil, nous avons rangé le bateau, prêts à accueillir les officiers des douanes à bord, et nous avons pris contact avec Ports North / T.I. Harbour pour organiser notre arrivée le long de leur quai pour les formalités. Nous avons obtenu un créneau à 13 heures, et nous nous y sommes rendus peu après un déjeuner de poisson (avec le seul poisson pêché entier pendant la traversée). Compte tenu du vent et de la marée, l’accostage s’est avéré très difficile et je suis surprise de ne pas avoir perdu la boule avant que le bateau soit “sécurisé” par les agents du quai, sous les yeux des agents des douanes et de la biosécurité qui nous attendaient patiemment. Comme ils ne voulaient pas monter à bord, Thomas a grimpé à l’échelle pour s’occuper des formalités tandis que je restais derrière avec les garçons, écoutant les cordes grincer et craignant pour toutes nos ferrures qui souffraient sous la charge (une a cédé et doit être réparée). Le temps de faire la vaisselle et de m’installre dans le cockpit pour écrire avec une tasse de thé et un triangle de chocolat, Thomas est revenu avec un sourire, il avait besoin d’une signature de ma part, mais à part ça, pas d’inspection de biosécurité, rien à payer, et, bonus, notre linge sale récupéré par l’officier du port pour nous faire la lessive. Que demande le peuple ? Ils savent vraiment comment accueillir leurs visiteurs ici !

Loisirs de traversee

Je suis sûr que la façon dont les gens passent leurs journées en mer varie d’un bateau à l’autre, mais j’ai pensé dresser une liste des différentes activités que nous avons appréciées cette fois-ci :

  • Se raconter des blagues
  • Devinettes de nos familles et amis (envoyées sur Iridium GO !)
  • Manger des mangues (on nous en a donné une pleine caisse dans le dernier village que nous avons visité au Vanuatu).
  • Couper et boire des noix de coco fraîches (offertes au dernier village du Vanuatu)
  • Les enfants font des gâteaux, du pain et des pizzas.
  • Jouer aux échecs (et se faire battre par Zephyr)
  • Pêcher (avec un succès très limité)
  • Apprendre l’espagnol
  • Apprendre à résoudre des équations du second degré
  • Lire (Azur a commencé les Harry Potter, découvrant le plaisir de tomber dans un livre et de se prendre pour le personnage principal, Zéphyr a lu les livres 1 à 10 des “Orphelins Baudelaire”, j’ai terminé “Trois Amis en quête de Sagesse” mélangeant philosophie, psychologie et bouddhisme, tandis que Thomas a lu “Along the clipper way” de Sir Francis Chichester, comme s’il n’en avait pas assez des aventures en mer ou qu’il voulait mettre nos mésaventures en perspective avec les vraies épreuves du temps jadis)
  • Regarder des films (notamment les favoris de notre enfance comme “La Boom”, et devoir s’arrêter lorsque le bateau a empanné par inadvertance à cause d’un grain entrant, sans qu’aucun dommage ne soit causé, ironiquement grâce au frein de bôme).
  • Tatouages en décalcomanies
  • Baignade lorsque le vent est tombé et que nous avions besoin de nous rafraîchir.

One thought on “Du Vanuatu au Détroit de Torres

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s