Laissons souffler Obélix

Avec un road trip dans l’Ile du Sud!

Pendant une semaine, nous avons abandonné Obélix et couru dans les bras de la femme d’Agecanonix, notre Jucy campervan, pour nous lancer dans une aventure hivernale dans l’île du Sud, prendre une bouffée d’air frais, nous émerveiller devant les paysages spectaculaires des Alpes du Sud et apprendre à nos enfants un peu la géographie d’Aotearoa, dont les dernières conversations avec des collègues de travail ont révélé qu’elle n’était pas nécessairement au programme des écoles néo-zélandaises.

Après le stress d’un départ matinal, de bouchons inattendus à 6 heures du matin un samedi en raison de travaux sur la dernière ligne droite vers l’aéroport, et de l’enregistrement de nos bagages deux minutes seulement avant l’heure limite, nous nous sommes finalement retrouvés assis dans l’avion qui a décollé malgré des conditions météorologiques difficiles. Le pilote a tenté d’échapper aux turbulences en essayant trois altitudes différentes, en vain, et bien que certains passagers aient fait bon usage des sacs à vomis fournis par la compagnie aérienne, le trajet cahoteux ne nous a pas empêchés de savourer notre petit-déjeuner composé de crêpes françaises faites maison au Nutella, et d’aterrir à Queenstown l’estomac plein.

Day 1: Queenstown to Milford Sound

À peine avions-nous atterri qu’Azur s’est exclamé : “Maintenant, sautons dans notre van et partons !”. Et c’est ce que nous avons fait, après un trajet en navette jusqu’à l’agence de location, un long briefing de l’agent et un arrêt au supermarché le plus proche. Légèrement couvert, le jour était plus chaud et beaucoup plus sec que toutes les prévisions que nous avions consultées et nous a permis de conduire jusqu’à Milford Sound sans chaînes à neige. Elles se sont tout de même avérées utiles lorsque, nous aventurant dans la forêt juste après Te Anau, nous sommes tombés sur un campeur solitaire qui s’était embourbé avec son van. En vrais professionnels, Thomas et moi avons chacun pris une chaîne à placer sur les pneus arrière, comme nous l’avait indiqué l’agent de location (pendant le long briefing), et avons aidé le gars à dégager son véhicule en le poussant alors qu’il roulait à reculons. Nous avons également noté mentalement de revenir, car l’endroit était parfait pour le camping sauvage.

Misty Henry Creek (Te Anau Downs) – our favourite freedom camping spot

En revanche, notre première nuit à Milford Sound, garés discrètement derrière un bâtiment en béton, hors de vue de la route principale, mais ignorant néanmoins de manière flagrante les panneaux d’interdiction de camper plantés un peu partout sur le parking déserté en hiver, n’était pas si charmante, et le froid et la peur d’être délogés par les autorités m’ont empêché de dormir plus que je ne l’aurais souhaité. D’un autre côté, nous étions les premiers sur le site le lendemain matin, profitant de la vue sans être dérangés par aucun touriste et nous avons pu faire une croisière plus tôt, sans foule, où nous avons vu des phoques et des dauphins, nous nous sommes fait baptiser sous des cascades et avons appris la différence entre un sound et un fjord.

Day 2: Milford Sound – Thomas photographing Mitre Peak
Day 3: Henry Creek – Morning skinny dip under the rainbow
Playing cards while driving

Après un petit détour de six cents kilomètres pour se rendre à Milford Sound, nous devions à nos enfants de faire une activité amusante une fois de retour à Queenstown et nous avons donc sauté sur la gondole (le Tiki Trail étant malheureusement fermé car ils abattaient des arbres) pour quelques tours sur la luge Skyline. Après le premier tour, nous avons eu un problème avec Azur qui affirmait que c’était beaucoup trop effrayant, qu’il ne le referait pas et que “rien ne le ferait changer d’avis”. Cependant, en voyant à quel point son père et son frère s’amusaient, et en le soudoyant un peu, il a accepté de refaire le trajet, mais en tandem avec moi cette fois. J’ai pris cela comme un défi personnel de lui faire vivre l’expérience de la vitesse tout en se sentant en sécurité sous la garde de sa mère, et j’ai fait de mon mieux pour être aussi rapide que possible. Nos collisions dans les virages l’ont un peu effrayé, mais pas assez pour effacer l’énorme sourire qu’il arborait. Et pour féliciter tout le monde de leurs bons efforts, nous nous sommes ensuite livrés à un après-midi décadent chez Fergbaker avec une part de tarte au citron meringuée, de tarte aux pommes et glace à la vanille, un croissant au chocolat et aux amandes, un éclair au caramel, et un chocolat chaud crémeux oh, si bon.

Day 3: Skyline Luge in Queenstown

Comme il s’agissait d’un road trip, nous n’avions pas beaucoup plus de temps à consacrer à Queenstown et avons donc pris la direction de Wanaka, en nous arrêtant pour la nuit au pont Kawarau, lieu de naissance du saut à l’élastique commercial. Nous avons réussi à convaincre les enfants de faire une randonnée jusqu’au sommet de Rocky Mountain, avec l’incitation que s’ils le faisaient dans les 3 heures suggérées par le DOC, nous aurions le temps d’aller à Puzzling World. C’est ainsi que, pleins d’entrain, ils ont marché, la plupart du temps devant nous, atteignant le sommet en un rien de temps avec des joues roses et des soupirs de satisfaction, et sont redescendus avec le même enthousiasme, malgré des chaussures non étanches complètement trempées, car le chemin suivait un ruisseau dans lequel ils n’y avaient d’autre choix que d’y faire trempette plus d’une fois.

Day 4: Top of Rocky Mountain (Diamond Lake Conservation Area – Wanaka)
Day 4: Puzzling World

Une autre longue journée de route nous a conduits de Wanaka à Mt Cook où une courte marche jusqu’à Kea Point s’est prêtée à une séance de photos avec les montagnes et les glaciers du parc national de Mt Cook en arrière-plan et personne d’autre en vue. Le voyage en valait la peine, comme l’a dit une dame que nous avons croisée en chemin et qui nous a dit qu’avant Covid, on ne pouvait même pas profiter de la vue à cause du nombre de touristes.

Day 5: Kea Point, Mt Cook Village

Nous sommes retournés à notre site de camping exclusif près du lac Pukaki, nommé à juste titre “The Pines” en raison du nombre de pins qui entourent la zone. Sauf qu’ils avaient tous été coupés ! Quand la vie vous donne des citrons, faites de la limonade, et quand elle vous donne du bois, faites du feu. C’est en tout cas ce que pensait Thomas, et je suis impressionné qu’il ait trouvé l’énergie, après une si longue journée, d’allumer un feu très réticent. Cela a donné lieu à un spectacle de danse du feu improvisé par les enfants qui ont allumé des bâtons et les ont agités, l’ambre brillant dans la nuit sous toutes sortes de formes.

C’était tout à fait opportun, car il a commencé à pleuvoir peu de temps après et cela ne s’est pas arrêté avant le matin. Notre trajet vers Tekapo le lendemain a confirmé que ce qui était de la pluie dans la vallée, était de la neige plus haut, puisqu’une couche blanche recouvrait les champs. Nous avons profité de l’occasion pour nous arrêter sur le bord de la route pour une bataille de boules de neige avec de la poudreuse fraîche. Après quoi nous avons dû nous réchauffer d’une manière ou d’une autre, et quel meilleur endroit pour le faire que dans un bain chaud… aux Tekapo Hot Springs (où tout le monde avait eu la même idée, et le réseau étant en panne, on avait l’impression de faire la queue à Disneyland).

Day 6: Playing in the snow – Lake Tekapo

Nous avons également réussi à obtenir une visite privée de l’observatoire de Tekapo après avoir mentionné que Thomas en avait conçu le dôme composite et nous avons repris la route pour notre dernier arrêt à la réserve de Hakatere à Ashton, à une heure et quelque au sud de Christchurch où nous devions prendre l’avion le lendemain.

La matinée était splendide, avec un ciel bleu vif (les nuages n’auraient-ils pas pu disparaître avant, pour que nous puissions observer les étoiles dans l’un des endroits les plus sombres de la planète, allez savoir !) Une promenade sur la plage de galets nous a permis d’observer un phoque qui s’amusait à surfer les vagues en agitant sa nageoire comme pour dire au revoir. Pas avant un dernier arrêt pour déjeuner avec un ami de longue date installé à Lyttleton.

Day 7: Hakatere Reserve – Ashburton

Avec un voyage d’une côte à l’autre totalisant environ 1 400 kilomètres et six nuits de camping libre où faire pipi la nuit impliquait la mission atroce de sortir du camping-car dans le froid glacial, ce ne furent pas les vacances les plus relaxantes, mais qui a dit que créer des souvenirs était une activité reposante ?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s